Aller au contenu

Stéphane Paulus : "Je veux montrer l'exemple"

Ambassadeur Suzuki, Stéphane Paulus, pilote handisport moto, fondateur et Président de l’association Handi-Free Riders, a participé à la plus grande course du monde sur le sable : l’Enduropale du Touquet.
 
– Ton sentiment après cette nouvelle édition de l’Enduropale du Touquet ?
Paradoxalement je suis épuisé mais j’ai pris un pied d’enfer. Rallier l’arrivée à la 215ème place en étant parti dans les derniers, au-delà de la 400ème position, j’en suis fier. Il y a deux ans j’avais fini 268ème. C’est une belle expérience différente de la piste. La proximité avec le public offre des moments inoubliables. Quand t’es en difficulté, se sentir autant soutenu c’est vraiment fort.
Stephane paulus
– On t’avait suivi pendant une journée de préparation. L’entraînement a payé ?
L’entraînement est le maître mot. Faut être prêt physiquement, tout comme le véhicule. C’est 50% le pilote et 50% la machine sur ce genre d’épreuves. J’ai des copains qui ont abandonné à cause de pannes mécaniques et ça doit être frustrant. Surtout, la course est très longue et on a parfois des gros moments de doute. Savoir que tout est prêt, qu’on a travaillé dur avant pour être là, ça aide beaucoup car on veut tout donner et aller au bout.
 
– Ton expérience acquise lors de l’Enduropale 2020 t’a servi cette année ?
Tout à fait. La première fois que j’avais pris le départ, sans aucun essai, c’était comme se jeter dans la gueule du loup. Je ne connaissais rien et je ne savais pas où j’allais. Cette fois-ci je n’avais pas cette appréhension, j’étais plus serein.
– Peux-tu expliquer ce que tu ressens au guidon de ton quad Suzuki ?
Avant tout le dépassement de moi-même. Étant paraplégique je ne peux pas m’aider des jambes, donc c’est comme si je passais deux heures et demie dans une machine à laver. C’est un gros défi et je veux prouver que même avec un handicap je peux tout faire. J’ai fait la course en duo avec mon frère, il ne comprenait pas comment je faisais pour tenir. Finalement je me sens bien, et je veux surtout ouvrir des portes à d’autres. Ma plus grande motivation est de montrer aux personnes qui sont dans ma situation qu’elles peuvent aussi vivre leur rêve, que rien ne peut les arrêter.
 
– 2022 signifie pour toi une nouvelle année de partenariat avec Suzuki…
Une année de plus ! Je suis le premier heureux, je suis un grand fan de Suzuki depuis mes 10 ans. C’est un beau partenariat avec des valeurs, un vrai relationnel et une fidélité. 
 
– Un mot sur tes projets cette année ?
Je vais faire un peu plus de stunt, notamment avec des shows aux 24 Heures Motos, au Grand Prix de France MotoGP et au Bol d’Or avec ma GSX-S1000. J’ai aussi des beaux projets que je dévoilerai bientôt avec la KATANA et la GSX-S750. 
 
Et puis toujours de la vitesse avec les championnats de France de d’Europe. En tant que compétiteur je veux tout donner, aller le plus haut possible, et faire de 2022 une grande année.
 
Crédits photos : Ipone Lube & Teddy Moralec
Stephane paulus

PARTAGEZ CET ARTICLE

Ces articles sont susceptibles de vous intéresser

Envie
d’essayer
une Suzuki ?

Soyez
les premiers
informés
de nos actus !